Historique du REGIES-95


En 1998, la Directrice de Marines réunit les établissements à proximité afin de rompre l’isolement des structures, se rapprocher pour mieux se connaître, échanger et collaborer, en stimulant la motivation et la participation des professionnels autour d’objectifs communs, améliorer et optimiser les pratiques, au bénéfice des personnes âgées, dans la pluralité, la diversité et sans hégémonie » ; une seconde réunion en 1998 constitue les 5 premiers groupes de travail.

Image1.png

En juin 1999, la réunion du Réseau compte une trentaine de participants d’une douzaine de structures avec le CODERPA et la DDASS ; une coordination composée d’un Directeur, d’un médecin et d’une infirmière est mise en place ; en novembre 1999, le groupe « Accueil de Jour » est créé pour élaborer le cahier des charges de cette activité dans les établissements.

Dès janvier 2000, se pose la question du statut du Réseau pour faire reconnaître ses travaux, organiser son fonctionnement avec souplesse, sans formalisme excessif - deux options sont possibles : une charte ou une association ; l’ouverture vers les structures de ville est écartée pour conforter les actions déjà entreprises et l’avenir du Réseau.

Plusieurs réunions de travail, une formation sur les troubles de la déglutition, et une journée sur la conciliation de la liberté et de la sécurité des résidents en institution, interviennent en 2000 ; après avoir créé le festival du cinéma intergénérationnel de Marines, la Directrice, initiatrice du Réseau, quitte ses fonctions.

L’Association du Réseau tient son assemblée constitutive le 21 juin 2001 : 50 personnes de 22 structures créent le « Réseau Gérontologique Inter-Etablissements du Val d’Oise – REGIES 95 ». Les statuts prévoient de développer la réflexion et la coordination des pratiques professionnelles, de promouvoir des formations et des échanges d’informations, et un partenariat entre les établissements adhérents.

Des groupes de travail, composés de salariés des établissements adhérents, et les deux assemblées générales par an, dont la première se tient le 25 octobre 2001, sont les moyens d’action du Réseau qui se développe grâce au concours financier du Conseil Général du Val d’Oise avec la création d’un demi-poste de secrétariat en 2002, puis d’un poste de coordinatrice en 2004.

Les activités se diversifient : participation aux journées du CODERPA, sessions d’information sur la gériatrie… Reconnu organisme de formation, le Réseau met en place la formation de coordinateurs en santé bucco-dentaire dans tous les établissements, en liaison avec les réseaux « Joséphine » et « Automne » du Val d’Oise ; cette action conduit à une communication au Congrès international de gérontologie.


Une formation aux soins palliatifs est lancée en 2012 dans tous établissements sur deux ans ; le Réseau a fait paraître des publications dans différentes revues gériatriques ; participe au Schéma Gérontologique Départemental et siège au bureau de la Conférence Territoriale de Santé. Le site Internet créé en 2006 fait l’objet de 20 000 connexions annuelles.

Image2.png

Le Réseau est à la fois pluri-statutaire, plurisectoriel et pluri disciplinaire,  sans les clivages traditionnels ; les groupes travail interdisciplinaires décloisonnent les savoirs et les expériences au bénéfice des personnes âgées et des professionnels. Les problématiques sont retenues par l’assemblée générale, travaillées dans les groupes (plus de 200 professionnels y participent en moyenne chaque année) avec le cas échéant des participants extérieurs ; le fruit des travaux est discuté en assemblée générale, validé puis mis à disposition des adhérents.
 
Les groupes, toujours plus nombreux (six au départ et douze en 2012), abordent les thèmes les plus variés : dossier unique d’admission, cahier des charges d’accueil de jour, rites funéraires, vie sociale et culturelle, projet de vie personnalisé, stratégies de direction…
 
Le REGIES-95 entend, après un peu plus de 10 ans de développement continu, poursuivre le rapprochement des structures, renforcer la coopération, améliorer la qualité du service aux personnes âgées, et poursuivre la réflexion critique pour l’amélioration des pratiques professionnelles.

Vous devez installer le lecteur Flash d'Adobe pour voir ce contenu.

Revenir à la page précédente